A la recherche de nouveaux contenus culturels : l’audiovisuel participatif

Alors que la création n’a jamais eu de frontières aussi floues qu’à l’heure actuelle, de nouveaux contenus pénètrent les industries culturelles : les contenus audiovisuels participatifs.

Plus courts, plus interactifs, ils abordent des thèmes aussi divers que variés, pourvu qu’ils captent l’attention du « regardeur » voire sa participation. Oui, ces nouveaux contenus n’existent que parce qu’à un moment donné le spectateur s’est mis en action.

Ces différentes initiatives peuvent prendre plusieurs formes.

Des webdocumentaires tout d’abord, de plus en plus répandus : souvenez-vous de Jour de vote de France Télévisions lancé pendant les élections, qui vous emmène dans la journée d’un député. Plus récemment, Du cœur à l’image questionne la place des jeunes dans notre société, On dit qu’à la Paillade veut redorer l’image du quartier de Montpellier ou encore Pékin sans transition qui nous emmène dans la Chine de 1985 à aujourd’hui.

On-dit-qua-la-paillade-422x250

Ensuite, ce sont des appels aux films amateurs ou professionnels qui créent un contenu exclusif : le gagnant du Nikon Film Festival 2013 sur la thématique du fan, premier relais de l’artiste, est par exemple diffusé dans les cinémas parisiens MK2 ; l’INA, quant à elle, a lancé la campagne Mémoires partagées afin de récolter les souvenirs audiovisuels des Français.

memoirespartageesina

Enfin, ce sont des contenus audiovisuels produits par les institutions culturelles elles-mêmes. Le MET à New York a ainsi lancé 82nd & Fifth, web série de 100 épisodes qui invite 100 conservateurs à parler de 100 œuvres d’art pendant 2 minutes tous les mercredis.

82ndandFifth

Pour conclure, ces nouveaux contenus redonnent un nouveau souffle au rapport que chacun peut avoir avec la culture : ils impliquent et ils expliquent. Si cette tendance n’est pas propre au contenu audiovisuel (œuvres d’art numériques, créations grâce aux réseaux sociaux, etc.), il n’en demeure pas moins qu’elle annonce l’avènement d’un nouveau genre de contenus … plus participatifs !

Camille Delache

La culture à la Filippetti : les premières annonces de la nouvelle Ministre

Après quelques semaines en poste, quels sont les grands chantiers annoncés par Aurélie Filippetti ? Dans un entretien France inter du 21 mai, elle annonce déjà les principaux axes stratégiques (ici).

L’entretien a donné une note qui m’a plu : pas de politique tactique sans ligne stratégique précise !

Néanmoins, plusieurs déceptions se font jour rapidement :

  • quid du numérique ? Encore une fois éloigné du Ministère et rattaché au redressement productif (entre autres, Christophe Girard, adjoint à la culture à la Mairie de Paris, avait préconisé leur rapprochement)
  • des annonces, toujours des annonces ? Si le teasing politique est un fait nécessaire, je tente de lire entre les lignes pour trouver LA ligne stratégique !

L’audiovisuel

Rétablir la publicité sur France TV jusqu’à 21 heures[1]

Réforme du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Ses membres seraient désormais nommés par les commissions culturelles du Sénat et de l’Assemblée Nationale. « Nos concitoyens sont attachés à des procédures transparentes, démocratiques et il y aura donc une réforme très rapide de ce mode de nomination pour que les prochains présidents, ou présidentes d’ailleurs, de l’audiovisuel public puissent être nommés par le CSA. »[2] Est-ce là la première gaffe de la Ministre ? Oui, répondent les Indignés du PAF sur Mediapart.

Revenir sur la fusion RFI-France 24 ? Aurélie Filippetti Après un audit de Jean-Paul Cluzel, ancien président de Radio France et de RFI, actuellement à la tête du Grand Palais. Il déterminera si la fusion est inéluctable.[3] Madame La Ministre relevait l’importance de RFI en Afrique, permettant ainsi une diffusion du soft power français.

Quid d’Al-Jazira ?

Néanmoins, ce soft power se voit contré par l’arrivée d’Al-Jazira Sport le 1er juin, très peu évoquée depuis le début du mandat. Un sondage « Opinion Way – Les Echos » sur « Les Français et l’arrivée d’Al-Jazira dans le paysage audiovisuel français » souligne que 67 % des Français s’opposent à son arrivée, 66% considérant qu’il s’agit d’une menace pour notre PAF.[4]

La nomination de Kim Pham, ancien du CNC et de France Télévisions, en tant que conseiller chargé de l’audiovisuel le 31 mai laisse cependant présager la construction cohérente de l’avenir de l’audiovisuel français.[5]

HADOPI

La réforme d’Hadopi, présentée comme « l’acte II de l’exception culturelle » pendant la campagne, est le chantier numérique sur lequel sont attendus le gouvernement et le président. En nommant David Kessler, anti-anti-Hadopi affiché, conseiller culturel à l’Elysée, François Hollande envoyait un signe aux détracteurs de la Haute autorité.[6] A cela s’ajoute l’autorisation de l’Elysée à l’Hadopi pour consommer son budget 2012.[7]

 

Nous dirigeons nous vers une licence globale ? Comme annoncé lors du meeting du Bourget, le président a vanté un « système dans lequel les internautes payent un forfait, reversé aux ayants droit, en échange d’une dépénalisation du téléchargement » MAIS sans « dépénalisation du partage d’œuvres de manière non-commerciale. »

Nous savons maintenant que Pierre Lescure, ancien patron de Canal + actuellement à la tête du théâtre Marigny, va diriger la concertation sur Hadopi. L’objectif est de concilier le droit d’auteur et l’accès universel à la culture.

Vers une « riposte graduée » ? Modification de la loi plutôt que son abrogation.[8]

La mission Lescure parviendra t-elle à trouver un consensus, en particulier face aux puissants lobbies culturels ?

Les intermittents

Alors que François Hollande avait annoncé ne rien vouloir modifier pendant la campagne, la Cour des Comptes met en lumière « une dérive massive », car le système serait 2,3 fois plus avantageux que l’intérim.[9] Que l’on soit pour ou contre le régime actuel, on ne peut pas l’ignorer.

Les intermittents font vivre la culture française et l’enjeu électoral n’est peut-être pas aussi significatif que … le milieu de la musique ? Puisqu’ils votent massivement à gauche ! Les conventions UNEDIC se terminant fin 2013, la ministre a annoncé leur réouverture avant cette date.

A noter, le 11 mai 2012, Frédéric Mitterrand avait confié à France Inter avoir « entrepris d’endormir tout le monde, pour être tranquille. Je laisse le bébé à mon successeur, qui sera très heureux de s’en occuper. » (L’émission c’est ici)[10] Courage à elle !

L’éducation

Alors que pendant la campagne Aurélie Filippetti avait vanté les mérites de l’éducation culturelle et artistique, les termes semblent avoir s’être effacés ces derniers temps.

Certes, mettre en place une nouvelle politique, faire campagne pour les législatives et se familiariser avec les dossiers ne sont pas une mince affaire. Si les idées et les réformes apparaissant sont essentielles, elles ne peuvent fonctionner sans ligne stratégique. La Ministre a par exemple renouvelé son soutien aux libraires face à Amazon et a reconnu la nécessité d’encadrer le livre numérique.

Notre politique culturelle ne peut plus être seulement réactive. Elle doit s’éveiller. Sans trop tarder.

Camille Delache


[1] http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/information/69837/la-pub-retablie-sur-france-tv-jusqu-a-21h-.html
[2] http://lemonde.fr/actualite-medias/article/2012/05/21/aurelie-filippetti-annonce-une-reforme-du-csa-avant-debut-2013_1704844_3236.html
[3] http://www.telerama.fr/radio/fusion-rfi-france-24-jean-paul-cluzel-mediateur,82384.php
[4] http://www.opinion-way.com/pdf/opinionway-les_echos-les_francais_et_l_arrivee_d_al_jazira_dans_le_paysage_audiovisuel_francais_juin_2012.pdf
[5] http://www.latribune.fr/technos-medias/medias/20120531trib000701243/aurelie-filippetti-choisit-son-conseiller-audiovisuel.html
[6] http://www.numerama.com/magazine/22629-david-kessler-un-anti-anti-hadopi-aux-cotes-de-francois-hollande.html
[7] http://www.numerama.com/magazine/22607-la-hadopi-a-rencontre-les-equipes-de-francois-hollande.html
[8] http://www.contrepoints.org/2012/06/01/85339-la-mission-lescure-et-lavenir-dhadopi
[9] http://www.lefigaro.fr/culture/2012/05/13/03004-20120513ARTFIG00131-des-intermittents-au-prix-fort.php
[10] http://www.lepoint.fr/culture/culture-frederic-mitterrand-a-l-heure-du-bilan-16-05-2012-1462073_3.php