La culture francophone, pouvoir d’influence au service de la compétitivité économique

La culture francophone doit s’approprier, elle aussi, ce pouvoir d’influence qui permet aux industries culturelles et créatives de faciliter les exportations et de contribuer à la relance de notre économie.

Dans le cadre d’un partenariat éditorial avec le Forum d’Avignon, la Baguette culturelle présente une étude sur les potentiels économiques non exploités de la culture et de la francophonie.

Portrait of a mime

Paradoxe saisissant : alors que tous les moyens traditionnels avaient été mis en œuvre par la France pour obtenir l’organisation des JO 2012, c’est le Royaume-Uni qui remporta la mise. Face à une candidature franco-française (Luc Besson, Jacques Chirac, Bertrand Delanoë et Catherine Deneuve mis à l’honneur), celle de Londres bénéficia de soutiens divers mais cohérents, dont celle de Nelson Mandela. Tandis que la vidéo française vantait les charmes de Paris sans mettre en exergue les valeurs de l’olympisme, la vidéo anglaise montrait le sport au sein de la ville, avec et pour les Londoniens. Elle débute dans un bidonville sud-africain par le rêve d’un gamin d’aller, en 2012, courir à Londres. La vidéo se termine sur un message universel qui souligne les apports du sport pour les jeunes.

N’ayons pas plus peur de faire francophone. Par la culture et par la langue, il est possible de créer, d’affirmer et d’ancrer notre influence, gisement de « redressement productif et créatif ». Pour le Conseil de l’Europe, « les industries de la création taillent, sélectionnent et créent des bribes de sens. Ces bribes de sens informent, divertissent, créent du désir, influencent le choix et l’action ». C’est cette dimension active que renferme la langue française qui semble si essentielle.

Par son dynamisme, son patrimoine et sa sphère d’influence mondiale, la culture francophone est un levier économique essentiel pour une prospérité retrouvée. Activer ce double levier intégré (culture et francophonie) suppose de volontairement amplifier et systématiser une stratégie d’influence qui repose sur les personnes, leur créativité et leurs innovations (matérielles et immatérielles) perpétuelles.

En sus d’un appel sincère à l’intégralité des forces vives françaises, francophones et francophiles, trois dynamiques graduées et complémentaires, constitutives d’un écosystème francophone, doivent émerger afin de soutenir une politique d’influence sur le long terme.

1. Encourager les synergies entre industries créatives et entreprises

A l’instar du Comité Colbert, qui, dans le domaine du luxe, cherche à faire rayonner ses maisons membres à l’international. Dans une logique interculturelle et de sensibilisation, ce Comité a par exemple réalisé une œuvre sémantique permettant d’exprimer les valeurs françaises en sinogrammes.

2. Intégrer l’aspect territorial de chaque initiative francophone

La compétitivité culturelle territoriale ne cesse de se concrétiser. C’est le cas avec « les milieux Splab » dans l’Eurorégion de l’Öresund, milieu créatif physique et social sous forme de structure collaborative réunissant un ensemble d’organisations se consacrant à l’innovation. Donner à la ville une dimension créative active est un défi lancé aux métropoles francophones (dont 28 comptent plus d’un million d’habitants).

3. Construire une stratégie dinfluence concertée

Rassembler tous les acteurs au sein d’une filière pour avancer groupé à l’international, donner à ce regroupement un label et une identité, lui permettant de rayonner, tel est l’un des moyens au service d’une stratégie d’influence concertée. Un exemple d’un tel rassemblement ? Celui du Salon du Livre francophone à Beyrouth. Depuis 1992, cet événement rassemble auteurs et lecteurs francophones au Liban. Son succès ne s’est jamais démenti.

Ces premières approches – d’autres évidemment sont à imaginer – toutes capables de générer des emplois non délocalisables et de tirer la croissance, participent de cette dynamique d’innovations à insuffler aux économies françaises et européennes.

Télécharger l’étude Culture & francophonie – La baguette culturelle – mai 2013.

Par Camille Delache et Damien Soupart

Advertisements

Une réflexion sur “La culture francophone, pouvoir d’influence au service de la compétitivité économique

  1. Pingback: ExpoFrance2025 : le soft power à la française est de retour ! | La Baguette culturelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s