Francophonie : un énième appel, par Damien Soupart

Un énième appel en faveur de la langue française est paru[1]. La terminologie utilisée est particulièrement intéressante, faisant honneur à la langue française et à la construction syntaxique classique. Nous doutons néanmoins de sa portée.

La « langue française » est immédiatement située dans un nouveau contexte mondial qu’elle doit nécessairement appréhender : « le monde multipolaire ». De cette association naît un besoin patent qui est le suivant : « l’urgence d’une stratégie ». Depuis la création de cette chronique « Francophonie », le propos ne fait que témoigner de l’ardente nécessité de s’emparer de cette question francophone, qui a le désavantage pour nos dirigeants de questionner concurremment le choix de nos élites, la place de la France en Europe, la place de la France dans le monde et au-delà, l’ambition de la France en ce début de XXIe siècle. En effet, la langue française est le ferment de notre ciment national. C’est l’un des moyens trouvés au XIXème siècle pour unifier la nation naissante. De ce fait, questionner, ne serait-ce qu’a minima, la langue française et sa place au sein d’un monde multipolaire qui nous dépasse chacun individuellement, c’est prendre le risque de paralyser bon nombre d’initiatives intelligentes devant l’ampleur de la tâche, posée ainsi abruptement.

Car, une fois dépassée la rhétorique séduisante, c’est un abîme devant lequel nous nous retrouvons. Quelle méthodologie utiliser ? Quels acteurs réunir ? Quel serait le garant de l’application d’une telle stratégie, pour peu qu’elle arrive à être définie ? Toutes ces questions se trouvent amplifiées par le fait qu’aucune structure ou entité nationale, a priori, ne semble dédiée et disposée à soutenir une telle stratégie dans le temps, garant de sa pertinence.

Sur la question des acteurs, la question semble insoluble. À côté des acteurs traditionnels tels que l’OIF ou la DGLF, d’autres acteurs existent, comme les Alliances Françaises ou de nombreuses associations loi 1901, dont nous traitons parfois dans cette chronique. Certains nouveaux acteurs émergent, comme les Maisons de la Francophonie, à l’instar de celle de Lyon ou de Marseille[2], sans que l’on sache les intentions et les buts qui président à l’arrivée de ces entités supplémentaires.

C’est une erreur car, dans notre monde de communication, une démultiplication des entités sans que ne soit affirmée une ligne stratégique claire revient à tuer dans l’œuf toute évolution en faveur de cette stratégie. C’est pour cela que le premier jalon tactique consisterait à envisager une nouvelle grammaire stratégique, différente de celle d’un État, hors des sentiers battus, qui à ce jour n’a jamais été théorisé. Cette phase n’est pas nécessairement à médiatiser, mais elle doit rassembler et faire collaborer le plus de personnes possible, personnes qui seront d’autant plus intéressantes que leur position sur la question francophone sera iconoclaste.

Une fois cette période de réflexion aboutie, c’est la question de la structure et des financements qui se présentera. Il apparaît de plus en plus que ce ne sera pas un pays, mais un ensemble de pays qui pourra faire vivre et exister une Francophonie épanouie. Quelle que soit la forme que prendra cette structure, elle sera nécessairement collaborative et régionale. Régionale, car les pays, seuls, qui seraient capables de soutenir une telle initiative ne semblent pas s’y intéresser actuellement. C’est notamment le cas de la France. Bref, c’est un travail de longue haleine auquel se destinent les signataires de cet Appel, travail qui devrait être largement soutenu par nos autorités.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s