A contre-courant par Damien Soupart

À contre-courant du résultat du premier tour des élections présidentielles,

À contre-courant du temps court électoral,

À contre-courant des bruits de couloirs sur la nomination d’untel à tel ou tel poste selon le     résultat du second tour et des alliances plus ou moins tacites qui seront décidées,

                  J’aimerais amorcer un bilan et dégager des perspectives quant à l’action du Président de la République dans le grand domaine de l’action culturelle extérieure, où la langue française fait figure de clé de voûte. Certains ont déjà établi un bilan du « quinquennat diplomatique »[1], en comparant l’ensemble des faits et des décisions qui avaient été prises dans le domaine des Affaires Etrangères et Européennes. Il va de soi que la langue française n’apparaît nulle part dans cette liste à la Prévert ainsi dressée, pour la bonne et simple raison qu’aucune action stratégique d’envergure n’a été initiée en faveur de la langue française.

Aucune action stratégique ne signifie pas que rien n’a été fait. La réforme des Instituts Culturels Français ou encore les récentes nouveautés au sein des Alliances Françaises montrent que des mouvements épars et des ajustements à la marge ont été effectués.

« Aucune action stratégique » veut plutôt dire que la langue française et la multiplicité de ses attributs n’ont jamais été considérées autrement que du point de vue de la gestion passive. On retrouve ainsi les oripeaux de l’administration française dans ce qu’elle a de plus malsain. Une gestion par grand ministère, en « silo ». Un regard institutionnel déconnecté qui ne permet pas de concevoir la langue française au sein des flux mondiaux. Une incapacité à concevoir la notion d’influence et de « smart power », qui éloigne un peu plus chaque jour les millions d’étudiants (anciens, actuels et futurs) francophones et francophiles.

Sont pourtant apparus les germes d’une action stratégique majeure en faveur de la langue française, lors de la présentation du rapport du Conseil Economique, Social et Environnemental intitulé « Le message culturel de la France et la vocation interculturelle de la Francophonie »[2]. Il n’est pas indécent de caractériser ce rapport comme le seul acte fort du quinquennat qui porte à la fois un constat cinglant et une vision optimiste de la façon dont nos gouvernants envisagent la langue française.

Malheureusement passé sous silence, ce rapport constate « un réseau exceptionnel mais en souffrance » ainsi qu’une « fragmentation endémique de l’action culturelle extérieure ». Les auteurs de ce rapport, au regard de ces constats, vont même jusqu’à se demander si cette faible considération de la langue française est « un bricolage défensif pour gérer l’inexorable déclin d’un vieux pays » ou une « stratégie des beaux restes pour faire oublier les avanies de l’Histoire ».

Le point le plus intéressant réside dans la manière dont est envisagée la politique de la langue française, comme laboratoire et « lieu privilégié » de « cette troisième voie dont la France se fait la zélatrice sur la scène internationale ». D’une simple politique de gestion, la politique de la langue serait le moyen apaisé et impartial de débattre de la France que nous voulons. Comme le dit le rapport, de « décomplexer l’identité nationale et d’affirmer les contributions spécifiques de notre pays dans divers domaines de la vie sociale ».

Mêlant les réformes de structure (caractère interministériel reconnu) aux révolutions mentales nécessaires (« une politique décomplexée pour la langue française »), ce rapport plaide avant tout pour l’apparition et la densification d’une « dynamique politique » singulière. À contre-courant en somme.

Damien Soupart
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s