La guerre culturelle remise au goût du jour : Frédéric Martel n’aime pas le sarkozysme culturel

En janvier, Frédéric Martel publiait J’aime pas le sarkozysme culturel. L’homme, un auteur pertinent et dont la vision sur les problématiques culturelles change de ce qu’on entend/lit généralement. Que ce soit avec Mainstream  ou De la culture en Amérique, il donne à la culture un sens pragmatique qu’on oublie souvent. Par exemple, les questions d’influence culturelle sont soulevées, ce qui n’est toujours pas au cœur de l’actualité française (non, non, on oublie les Instituts français).

Petite revue de ce livre-enquête.

Une volonté militante

J’aime pas l’aspect militant qui pose parfois un filtre sur certains faits. Même si l’anecdote sur l’attitude de Sarkozy pendant les dîners « intellectuels » à l’Elysée est drôle à souhait, elle ne confirme que l’aspect « bling bling » de la médiatisation du désormais candidat-président.

A la décharge de l’auteur, l’aspect militant est annoncé dès le début du livre. Page 11, il nous dit en effet « Je suis de gauche et je l’assume. Mais je veux conserver également quel qu’en soit le prix, mon indépendance et ma liberté. Ce livre n’est pas contre la droite, il est contre un système et certaines de ses dérives : le sarkozsyme culturel ». Si François Hollande devient président, il s’engage même à écrire « J’aime pas le socialisme culturel » !

Mis à part le voile militant qui touche certains sujets, j’aime le caractère d’enquête du livre, comme tous ses livres. Il a compilé, analysé des dizaines d’articles, d’interviews pour en arriver à un résultat agréable. En somme, du vrai journalisme !

En outre, quelques réflexions et analyses sont à mettre en avant : la piqûre de rappel sur la mise en place d’Hadopi et « l’accumulation des erreurs » fait du bien en temps de campagne présidentielle. De la même manière, les potentiels thérapeutiques de la culture sont sous-entendus lorsqu’il évoque le débat autour de l’Islam et de l’identité nationale. La culture peut avoir un aspect positif qui a été complètement oublié dans ce débat !

                        Vers une guerre culturelle affirmée ?

Surtout, j’aime l’acception de la culture qui apparaît en filigrane dans le livre. Il ne s’agit ni de culture savante ou de culture populaire, il ne s’agit pas non plus de la catégoriser par « type » (musique, lettres, théâtre, etc.). Plutôt, elle est conçue comme un outil puissant, permettant de quadriller et recouper la société française.

Par voie de conséquence, il n’hésite pas à évoquer « la guerre culturelle » et numérique menée par Nicolas Sarkozy. La chose est à mentionner car cette vision n’est pas courante en France (ce n’est pas pour rien que l’expression « soft power » nous vient de l’autre côté de l’Atlantique). Même si je vous incite à lire le livre, Frédéric Martel nous livre une véritable cartographie de l’environnement médiatique, culturel et numérique de Nicolas Sarkozy. Cet environnement est composé de personnes diverses, Denis Olivennes par exemple, d’entreprises culturelles comme Europacorp ou encore d’agences de communication comme Image 7. Ainsi, par un maillage habile, Nicolas Sarkozy et ses proches contrôleraient une partie non négligeable des leviers de l’influence culturelle en France.

Si cet aspect n’est pas nouveau, il est ici illustré habilement afin de souligner les capacités « d’attaque » culturelle et médiatique.

La guerre culturelle est-elle pour bientôt ? Les semaines à venir nous le diront !

Pour plus d’informations : le site de Frédéric Martel http://www.fredericmartel.com/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s